HR Campus : Nouvelles


ChatGPT va-t-il remplacer les RH ?

Une évaluation du potentiel et des opportunités, mais aussi des risques

ChatGPT va-t-il remplacer les RH ?

ChatGPT est sur toutes les lèvres. Il ne fait aucun doute que ChatGPT a posé un nouveau jalon dans le développement technologique. Mais comment pouvons-nous mettre en œuvre et utiliser cet outil dans les RH et à quoi faut-il faire attention ?   

De Anja Buser et Esther Brand

 

Avez-vous eu des conversations de ce type récemment ?

"As-tu déjà utilisé ChatGPT ?"

Moi : "Oui, je me suis amusé l’autre jour à lui poser pleins de questions sur des sujets qui m’intéressent.

"Et dans le cadre professionnel ? J’ai commencé à l’utiliser pour différentes tâches et je gagne un temps fou !

Moi : "Euh, non pas encore. » Pensant : Est-ce que j’ai le droit d’utiliser un tel programme au travail ? Qu’en-est-il de la protection des données et autres risques ?

Au-delà du potentiel d’utilisation dans le cadre professionnel, beaucoup de professionnels s’interrogent sur la pérennité de leur fonction, à commencer par les RH.  C'est pourquoi je me suis entretenue avec Esther Brand, la maman de notre chatbot Sophie et donc notre experte en chatbots, pour en savoir plus sur ChatGPT dans le contexte des ressources humaines.

Commençons par le début : de quoi parlons-nous ?

ChatGPT est un chatbot accessible au public qui, grâce à ses nombreuses données d'entraînement, est capable de comprendre et reproduire le langage humain. Il peut répondre à des questions, écrire des poèmes ou des scripts, rédiger des articles de blog, résumer des textes et même reconnaître des émotions. Pour ce faire, il utilise le modèle de traitement du langage GPT-3, qui est entraîné à prédire le mot suivant dans une séquence de texte donnée. En utilisant cette méthode d’apprentissage, le modèle apprend à reconnaître des structures syntaxiques et sémantiques du langage naturel et à produire des prédictions cohérentes de mots. En outre, il reconnaît les relations entre les mots et tente d’en déduire le contexte afin de générer une réponse appropriée. GPT-3 a recours à un réseau complexe d'environ 175 milliards de paramètres et à une quantité presque inimaginable de termes provenant de sources librement disponibles telles que Wikipedia ou les plateformes de médias sociaux. La version pro de ChatGPT fonctionne avec GPT-4. Celle-ci aurait été entraîné avec un billion de paramètres et offrirait donc des possibilités encore plus grandes par rapport à GPT-3.

Pourquoi tout le monde en parle ? Les chatbots existaient déjà avant !

Derrière ChatGPT se cache l'organisation à but non lucratif OpenAI. Elle a été fondée en 2015 dans la Silicon Valley en Californie. Elon Musk était l’un des co-fondateurs, mais il a quitté l'organisation en 2018. OpenAI fait de la recherche dans le domaine de l'intelligence artificielle. Ils sont connus pour leurs modèles de traitement du langage de la série GPT (Generative Pre-trained Transformer) et l'outil de génération d'images DALL-E. Parallèlement, OpenAI s'engage fortement dans la recherche et le développement de l'éthique et de la sécurité de l'IA, afin de garantir que les systèmes d'IA soient utilisés de manière sûre et responsable. OpenAI reçoit régulièrement un soutien financier de plusieurs milliards de dollars de son partenaire Microsoft. Depuis 2016, une grande partie des expériences se déroulent sur leur plateforme cloud Azure. Microsoft profite de ce partenariat et intégrera ChatGPT dans son moteur de recherche Bing et dans d'autres produits.

Comment pouvons-nous accéder à ChatGPT lui-même ou à la technologie qui le sous-tend ?

1. Utiliser ChatGPT via la plateforme de chat d'OpenAI, comme il est actuellement disponible.
2. Intégrer les fonctionnalités de ChatGPT dans ses propres outils RH grâce à l'API OpenAI.
3. Attendre que les grands éditeurs de logiciels RH comme UKG ou SAP SuccessFactors intègrent l'intelligence artificielle de ChatGPT en arrière-plan.

Dans le premier scénario, je pose ma question directement à ChatGPT au lieu de la googler ou de la poser sur des forums comme HR Cosmos. Comment cela fonctionne ? À quoi dois-je faire attention ?

ChatGPT dispose d'une énorme connaissance et peut t'orienter, te donner des conseils et des avis. Par contre, il y a deux points auxquels il faut faire attention.

Premièrement, d’où proviennent les informations avec lesquelles ont alimente ChatGPT en posant des questions ? En effet, le chatbot les réutilise pour les réponses. Au début de l'année, Amazon a ainsi mis en garde ses collaboratrices et collaborateurs contre le partage d'informations confidentielles avec ChatGPT, après avoir constaté que des cas se sont produits dans lesquels les réponses du chatbot étaient "très proches" d'informations internes non publiées. Par exemple, alimenter ChatGPT avec des données provenant de CV’s dans le but de comparer des profils, n'est donc pas une bonne idée !

Deuxièmement, il convient d'être prudent en ce qui concerne les questions juridiques. Les réponses n’ont aucune valeur juridique et la source utilisée ne nous est pas communiquée. Il vaut mieux faire vérifier la réponse du chatbot par un avocat.

Examinons ce scénario à l'aide d'un exemple pratique. Nous posons une même question à ChatGPT et à la plateforme de partage de connaissances HR Cosmos, également gratuite, pour en comparer les réponses.

Question posée à ChatGPT

Question posée à HR Cosmos

Le diable se cache dans les détails. Bien que la réponse de ChatGPT semble correcte à première vue, toutes les affirmations ne le sont pas. Par exemple, le seuil de 148 200 CHF de revenu annuel à partir duquel l'impôt est prélevé n'est pas mentionné. De plus, il est faux d'affirmer que l'impôt a été introduit en 1999. La première imposition a déjà eu lieu en 1996. Ce qui est déterminant, c'est le seuil de CHF 2,5 milliards à partir duquel les cotisations sont dues ou non pour l'année. Cela non plus n'a pas été mentionné par ChatGPT.

Dans le deuxième scénario, tu parles d'intégrer la fonctionnalité de ChatGPT avec l'API OpenAI dans tes propres outils RH. Est-ce possible ?

Oui, ChatGPT offre la possibilité de connecter ses propres systèmes par API (interface de programmation) et ce service est payant. En contrepartie, les données saisies via l'API ne sont pas utilisées pour l'entraînement de ChatGPT. Cela permet par exemple de créer automatiquement des textes pour des lettres, des accords ou des offres d'emploi. L'API peut également être utilisée pour l'analyse de textes afin d'extraire le ton, les thèmes ou les mots-clés.

Il convient de noter que l'API traite et stocke actuellement toutes ses données d’utilisateurs aux États-Unis. Cela peut rapidement conduire à un conflit avec le règlement général sur la protection des données (RGPD). Si l'on veut jouer la carte de la sécurité, il faut utiliser des produits avec des serveurs pour le traitement des données en Suisse ou dans l'UE.

Dans le troisième scénario, tu parles de l'intégration de la technologie ChatGPT par des fournisseurs d'outils comme SAP ou UKG dans leurs propres outils. Existe-t-il déjà des projets concrets ?

Les entreprises sont naturellement intéressées par l'association des technologies les plus récentes à leurs propres produits. ChatGPT est une étape importante dans le traitement des langues par l’intelligence artificielle. Mais nous ne savons pas encore comment les fournisseurs d'outils existants vont intégrer ce potentiel dans leurs solutions.

Alors, cela signifie-t-il que ChatGPT va remplacer les ressources humaines ?

Non, nous ne pensons pas que la technologie va remplacer les ressources humaines. De nombreuses tâches RH nécessitent de l'empathie, de l'expérience ainsi que le jugement humain. Un chatbot ne peut et ne doit pas remplacer ces compétences humaines. Par exemple, dans le cadre du développement de l'assistant RH numérique Sophie, nous essayons d'utiliser les nouvelles technologies pour offrir aux collaboratrices et collaborateurs un soutien proactif, rapide et facile à comprendre. Les décisions et les fonctions de contrôle restent du ressort des personnes.

Voici un exemple du processus onboarding/offboarding montrant comment les nouvelles technologies pourraient être utilisées:

Lors de l'arrivée d’une nouvelle personne au sein de l’entreprise, l'assistant RH numérique ou le chatbot peut fournir des informations et des documents pour accueillir et orienter les nouveaux collaboratrices et collaborateurs. Parallèlement, le département RH peut se concentrer sur le suivi personnel et les réponses aux questions individuelles des nouveaux employé,es, afin de garantir une intégration réussie dans l'entreprise. Lors d’un départ, l'assistance RH numérique ou le chatbot peut aider à la création des formulaires de départ ou à d'autres tâches administratives. Il est également déjà possible d'évaluer les sondages en cas de départ. Les RH ont ainsi plus de temps pour les entretiens et peuvent se concentrer sur l'utilisation du feedback pour mettre en place des optimisations.

En conclusion, ChatGPT représente une avancée significative dans le développement des chatbots, permettant de mener des conversations similaires à celles des humains. Il offre de nombreuses possibilités d'utilisation dans les ressources humaines, comme fournir des informations, des conseils et des avis, automatiser certaines tâches administratives et offrir un soutien proactif aux collaborateurs. Cependant, il est important de faire attention à certains aspects, tels que l'origine des informations utilisées par ChatGPT, la confidentialité des données et les limites juridiques de ses réponses. De plus, bien que la technologie puisse faciliter certaines tâches, elle ne peut pas remplacer l'empathie, l'expérience et le jugement humain nécessaires dans de nombreuses fonctions RH. Par conséquent, il est peu probable que ChatGPT remplace complètement les ressources humaines, mais plutôt qu'il soit utilisé comme un outil complémentaire pour améliorer l'efficacité et la productivité des professionnels RH. Nous recommandons d'examiner son utilisation thème par thème.

Autorinnen

HR Strategies, HR Campus

Anja Buser

HR Consulting, HR Campus

Esther Brand​

Publié : 11. avril 2023

Partager cet article :


To the top